Je commencerais par dire innovation DANS la formation, et non innovation ET formation, voire même par poser la question « Pourquoi une telle absence d’innovation dans la formation ? »

 

Nous allons parler des supports pédagogiques adéquats pour apporter un petit peu d’innovation dans la formation managériale et la formation à la communication.

 

Commençons, par un des outils de formation les plus utilisés dans notre métier, je veux parler du logiciel PowerPoint.

Savez-vous quand a été inventé le PowerPoint ?

Ce logiciel a été à l’origine développé par Robert Gaskins et le programmeur Dennis Austins sous le nom de Presenter pour la société Forethought, qui a « sortit » PowerPoint 1.0 en avril 1987 pour le Macintosh d’Apple. Cela commence à faire quelques années ! Il a ensuite été acquis par Microsoft.

 

Voici un autre outil de formation, la pyramide de Maslow.

Saviez-vous quand Maslow a publié son livre concernant la « fameuse pyramide » ?

L’article où dans lequel Maslow expose sa théorie pour la première fois, « A Theory of Human Motivation », est paru en 1943. Ce n’est d’ailleurs pas lui qui a décrit une pyramide : puisqu’il s’agit d’un concept qui a été développé en 1970. Maslow n’a donc jamais évoqué de pyramide.

Mais, en formation, et depuis des années, nombre de formateurs évoquent la « pyramide Maslow », le brave homme doit se retourner dans sa tombe !

 

Quelle est la date de mise en service du premier rétroprojecteur ?

Étienne Mollier, né le 25 décembre 1876 à Saint-Laurent-du-Pont et mort le 30 juin 1962 à Paris, est un inventeur français. En 1937, il met au point le premier rétroprojecteur, l’Omniscope horizontal. Voilà donc un outil des plus utilisés, qui existe depuis plus de 100 ans. Que dire de cet appareil, qui, s’il s’est quelque peu modernisé, a peu changé dans ses fonctionnalités. La possibilité de projeter de la vidéo et d’avoir une image d’excellente qualité à plus de 10 m ne changent en rien à ses biais. Quelles que soient les prouesses technologiques, les yeux de nos stagiaires, ou plutôt les yeux des stagiaires de nos concurrents, restent braqués une partie la journée sur un défilement de diapositives. C’est à la l’image de nombreuses réunions d’entreprises. Certains vont même jusqu’à parler de « slide show ». Que retenir en termes de pratiques managériales d’une journée passée assis à regarder des diapositives ?

 

Quel transfert de compétences a-t-il pu s’effectuer entre le formateur et le participant ? Avec les participants entre eux ?

Aujourd’hui, au XXIe siècle, le rétroprojecteur et PowerPoint sont encore très largement utilisés pour animer des formations au management ou à la communication ; il n’empêche que ces outils ont largement plus d’un demi-siècle !

Pour nous Chez Actformation, il nous est apparu important de rénover l’approche de la formation : le « slide show » de PowerPoint correspond-t-il plus aux besoins des participants ou bien à ceux du formateur ?

 

Comment procéder avec les participants, sachant qu’ils ont en moyenne entre 35 et 40 ans c’est-à-dire 10 ans d’expérience professionnelle au bas mot. Lorsqu’une formation compte 10 et à 12 participants, nous cumulons dans la salle une expérience d’au moins 150 ans. Dès lors, il ne s’agit plus d’enseigner notre soi-disant savoir-faire.

Être formateur, c’est avoir l’humilité de reconnaître que nous avons plein de choses à apprendre tous les jours. Et pour ce faire la meilleure option nous semble être d’adopter une posture de coach, et de mettre en œuvre l’art de la facilitation…

 

Qu’est-ce qu’une posture de coach ?

Je vous invite à relire notre article « Qu’est-ce que le coaching ? », pour plus de renseignements. Mais, en un mot, nous pouvons dire que c’est avant tout un savoir-être, un savoir animer une formation. C’est mettre en action des qualités de facilitateur pour amener un groupe vers davantage de collaboration et davantage d’autonomie. Le coach accepte de faire preuve d’humilité et de vulnérabilité et ne sait pas à l’avance où la journée de l’atelier va l’entraîner. C’est ce qui est vivant au sein du groupe qui sera premier, et c’est cela qui va constituer le fil directeur de la journée. Le coach accepte de perdre une partie du contrôle, (qu’il détenait avec PowerPoint) contre une augmentation extraordinaire de l’intensité des échanges, et une ouverture vers plus de créativité.

 

Ainsi, lorsque nous animons un séminaire de formation, que ce soit de la formation à la communication ou de la formation au management, nous commençons par un rapide tour de table permettant aux participants de partager qui ils sont, et quels sont leurs atouts, les savoir-faire, qu’ils vont pouvoir mettre à la disposition du groupe pendant les deux ou trois journées.

 

 

Quels matériels pédagogiques utilisons-nous ?

Aucun ? Non bien sûr, nous utilisons un « Paper-board », déjà utilisé il y a plusieurs milliers d’années quand les civilisations anciennes écrivaient leurs idées et leurs plans sur du papyrus, des rochers ou bien des tablettes en bois. Quoi de neuf sous le soleil !!! ?

Lorsque nous intervenons, nous utilisons également un outil beaucoup plus récent, un objet typiquement du XXIe siècle, que nous appelons « les un iPads pédagogiques ». Ainsi, dans notre pratique, cohabitent des outils de l’Antiquité et des outils modernes.

 

L’Ipad pédagogique est une solution logicielle, dont nous sommes propriétaires, et que nous avons fait développer en partenariat avec une société spécialisée. En utilisant l’iPad, nous ouvrons une application dédiée, appelée « Actformation », qui permet aux stagiaires d’entrer dans le programme. Celui-ci est constitué de deux éléments majeurs :

  • Un ensemble de cas
  • Quelques fiches mémo qui synthétisent les apports de la formation

 

Une fois la formation terminée, nous récupérons les iPads, mais fournissons un code d’accès à tous les participants qui pourront se connecter via notre site Internet et disposer aussi longtemps qu’ils le souhaitent du matériel mis à disposition. Chaque formation étant unique, le code d’accès du participant lui permet d’accéder à la formation à laquelle il a participé. Nous considérons que la propriété des contenus, n’est pas la nôtre mais celle de notre client et de nos stagiaires.

 

Nous démarrons fréquemment la journée par une étude de cas. Quoi de mieux pour se mettre en jambes que de commencer par un sujet de la vie quotidienne des organisations :

  • Madame Dupont est régulièrement en retard, cela dérange l’équipe. Qu’allez-vous faire en tant que responsable ou en tant que collègue ?
  • La photocopieuse est en panne ! Quelles peuvent être les conséquences ? Comment pouvez-vous procéder ?
  • Un collègue vient vous déranger pour vous parler d’un problème personnel délicat. Comment allez-vous réagir ?

 

Au travers de ces questions, somme toute, extrêmement anodines, et qui représentent le quotidien de nombre de collaborateurs, nous commençons à éveiller la curiosité.

Ensuite, après avoir pris soin d’entendre et de mettre en valeur les apports et les idées de chacun, le formateur effectue une synthèse. Pour terminer le thème abordé, le formateur propose un apport théorique sur la base de l’Pad pédagogique.

Voici la première demi-journée qui s’achève ; si vous souhaitez en savoir davantage, je vous invite à regarder plus en détail notre offre de formation sur le site, ou à organiser un rendez-vous avec nos équipes.